Wednesday, April 1, 2015

Alain Grandbois --- Avec ta robe ....

Avec ta robe ...

Avec ta robe sur le rocher comme une aile blanche
Des gouttes au creux de ta main comme une blessure fraîche
Et toi riant la tête renversée comme un enfant seul

Avec tes pieds faibles et nus sur la dure force du rocher
Et tes bras qui t'entourent d'éclairs nonchalants
Et ton genou rond comme l'île de mon enfance

Avec tes jeunes seins qu'un chant muet soulève pour une vaine allégresse
Et les courbes de ton corps plongeant toutes vers ton frêle secret
Et ce pur mystère que ton sang guette pour des nuits futures

Ô toi pareille à un rêve déjà perdu
Ô toi pareille à une fiancée déjà morte
Ô toi mortel instant de l'éternel fleuve

Laisse-moi seulement fermer mes yeux
Laisse-moi seulement poser les paumes de mes mains sur mes paupières
Laisse-moi ne plus te voir

Pour ne pas voir dans l'épaisseur des ombres
Lentements s'entr'ouvrir et tourner
Les lourdes portes de l'oubli



With your dress ….

With your dress on the rock like a white wing
Drops in the hollow of your hand like a fresh wound
And you laughing head thrown back like an only child

With your feet weak and naked on the rock’s rough force
And your arms surrounding you with careless lightning
And your knee round as the island of my childhood

With your young breasts a silent song lifts in vain joy
And your body’s curves plunging toward your frail secret
And that pure mystery your blood simmers for future nights

O you like a dream already lost
O you like a fiancee already dead
O you mortal instant of the eternal river

Only let me close my eyes
Only let me rest the palms of my hands on my eyelids
Let me no longer see you

So that I will not see the heavy
Doors of oblivion open wide and turn
In the depth of slow shadows


No comments:

Post a Comment